Inscription à la newsletter

Recherche




Repères
01/02/2014 09:19

"40 ans de droit de la consommation, 1972-2012", participation à l'ouvrage et au colloque

"40 ans de droit de la consommation, 1972-2012", participation à l'ouvrage et au colloque
Ce beau colloque et désormais ouvrage, dirigés par D. Mainguy et M. Depincé, m'a donné l'occasion de présenter le thème "Le droit financier, le véritable départ du droit de la consommation". La problématique se retrouve dans de multiples contentieux du client de la banque ou d'un prestataire de services d'investissement ce que j'ai souvent souligné dans la Chronique de Droit bancaire de la Semaine Juridique (JCP E).
01/02/2014 09:18

Mélanges Jean Beauchard, Obligations, Procès et Droit savant (LGDJ, 2013)

Mélanges Jean Beauchard, Obligations, Procès et Droit savant (LGDJ, 2013)
Ma modeste participation a consisté à réfléchir à la distinction fondamentale, juridique, entre compte de dépôt et compte courant, à partir d'une observation du marché des comptes : le banquier préfère ouvrir des comptes courants qui sont payants que des comptes de dépôts. Nombre de clients se retrouvent avec un compte courant (qu'ils payent), alors qu'un compte de dépôt suffirait...
Cliquez ici pour voir la présentation de l'ouvrage :
Cliquez ici pour quelques observations sur ce sujet
Débat ou suite à suivre.

01/02/2014 09:08

Les 20 ans du Bulletin Joly Bourse (N° Spécial), participation

Les 20 ans du Bulletin Joly Bourse (N° Spécial), participation
Les éditions Joly ont fêté cet anniversaire en invitant la plupart des spécialistes de la matière ; le lien-ci-dessous vous permet d'ouvrir la liste des contributions et de leur résumé. Notant la version large que peut/doit avoir du Droit financier, je note que le Code monétaire et financier l'a consacrée. Le droit monétaire, bancaire et financier permet alors de renouveler concrètement l'approche de la finance et je le suggère en proposant une théorie de la "personnalité financière" que je tire d'une plus large (je n'en dis rien) "théorie du financement". Il s'agit à chaque fois de rendre clair, en trois phrases, quelques centaines d'articles de loi... Le juridique éclaire alors la finance au lieu de le voir à la remorque des analyses à bon marché qui sont la source de centaines de loi qui perdent les acteurs du secteur, les juristes, les entreprises, les administrations, le juge...

bulletin_joly_bourse.pdf Bulletin Joly Bourse.pdf  (568.3 Ko)

10/12/2013 16:20

Les 30 ans de la loi bancaire Revue Banque et Droit (mars 2014)

Les 30 ans de la loi bancaire Revue Banque et Droit (mars 2014)
Participation à un colloque Strasbourg-Paris. Mon sujet me semblait étroit et en définitive, l'intermédiaire en opérations de banque m'a semblé un sujet large, difficile et qui débouchait sur la problématique de tous les intermédiaires...
24/11/2013 13:33

La refondation du système monétaire et financier international, participation au colloque et à l'ouvrage

La refondation du système monétaire et financier international, participation au colloque et à l'ouvrage
Voyez la note de blog sur l'ouvrage
Pour ma réflexion sur le sujet : Réguler les excès de la finance, Art du droit et théorie politique de la régulation :
Cliquez ici
01/11/2013 08:31

Le contrat électronique, au coeur du commerce électronique (dir. d'ouvrage et de colloque)

Le contrat électronique, au coeur du commerce électronique (dir. d'ouvrage et de colloque)
L'ouvrage a ét publié dans la fameuse collection des actes de la Faculté de Droit de Poitiers, en partenariat avec LGDJ. En tant qu'initiateur du colloque, dans le cadre du DJCE alors dirigé par le Prof. JC HALLOUIN, je m'étais réservé le thème du commerce électronique non sans descendre jusqu'à la notion de contrat électronique, reprenant ainsi des considérations sur la dématérialisation de ce contrat qui n'en change (presque pas) la nature.
01/08/2013 09:38

Ouvrage préfacé, Le concept d'investissement, éd. Bruylant.

Ouvrage préfacé, Le concept d'investissement, éd. Bruylant.
L'investissement est un concept général mais qui est également et parfois très précis et qui, alors, permet de donner des solutions dans des litiges contractuels ou internationaux en s'inspirant de mécanismes. Un colloque juridique multidisciplinaire s'imposait.
01/08/2013 09:24

Ouvrage dirigé, Après le Code de la consommation, Grands problèmes choisis, éd. LITEC.

Ouvrage dirigé, Après le Code de la consommation, Grands problèmes choisis, éd. LITEC.
Ce fut le premier colloque que j'ai organisé et le prof. Jean CALAIS-AULOY avait fait la route de Montpellier à Reims ; de nombreux amis avaient participé à cette manifestation qui avait eu un beau succès... Sa publication dans la collection du CDE de LITEC fut l'occasion de marquer l'adoption du Code de la consommation.
12/10/2011 10:01

La prévention du surendettement, Colloque (Petites affiches, 2003)

La prévention du surendettement, Colloque (Petites affiches, 2003)
Vous trouverez la liste des publications du colloque en cliquant sur la pièce jointe

Colloque La prévention du surendettement

pa072.pdf PA072.pdf  (215.99 Ko)


Partager ce site

Flux RSS

Les candidats à la présidentielle devraient parler de la nécessaire implication des étudiants dans leurs études



Les études universitaires exigent une implication que les programmes présidentiels devraient avancer. Au lieu de faire diverses promesses aux jeunes, les candidats devraient prendre leur courage à deux mains et signaler aux jeunes, et spécialement aux étudiants, leurs obligations.

Sur le plan politique, on sait ce que ce manque de courage donnera. Après 18 mois de pouvoir l'Exécutif ne pourra plus mener aucune politique significative, il aura déjà déçu la population : l'état de grâce lié à l'élection sera mort et enterré.

La France continuera de sombrer devant les yeux étonnés d'une grande partie de l'Europe.

Sur le plan plus pratique de l'avenir de milliers de jeunes, ce silence sur l'exigence de s'impliquer dans ses études aura davantage d'effets. Pour nombre d'étudiants, les études faites et diplômes obtenus porteront peu de fruits.

Tout employeur verra en 15 minutes ou 3 semaines d'essai... que l'étudiant n'a pas le niveau voulu. S'il ne le voit pas, un autre employeur le verra et le potentiel limité du candidat ne lui assurera une véritable carrière de cadres à raison de deux ou trois premières expériences médiocres. Les mauvais débuts compliquent tout...

En effet, si l'habit ne fait pas la moine, le diplôme ne fait pas le cadre (terme dont la valeur, certes, décline).

Or la croyance court dans les couloirs des Facs qu'on peut réaliser de belles et utiles études universitaires, y compris des masters spécialisés (avec sélection !), sans assister aux cours, sans suivre l'actualité utile, sans lire régulièrement, sans s'interroger et en lorgnant seulement sur de vagues stages.

Le laxisme généralisé est dramatique pour leur avenir, leurs carrières professionnelles et en vérité leur vie.

Le Supérieur ne sera pas amélioré tant qu'il n'aura pas été dit clairement aux étudiants que les études supposent un investissement de tous les instants.

Les programmes présidentiels devraient oser dire aux étudiants : travaillez et travaillez encore comme si c'était interdit !

Le laxisme qui s'est installé dans le Supérieur (dans les maquettes, dans les comportements, dans la notation, dans les absences qu'on ne voit plus, dans les droits aux absences...) va favoriser l'apparition de formations privées du supérieur : assez chères, elles seront performantes pour reposer sur des étudiants impliqués, performants.

Des formations privées ? Une aubaine pour dénoncer le capitalisme, le libéralisme ou le je ne sais quoi.

En vérité, les responsables seront les politiques publiques des gouvernements et parlements, les agents publics, les établissements, leurs diverses conférences, diverses organisations et une part des étudiants. Avec patience, ils auront mis à néant le système éducatif et de recherche du supérieur, du moins dans sa capacité à être réellement performant.

Allons, un peu de courage chers candidats à l'élection présidentielle :

expliquez aux étudiants qu'on ne peut pas mettre un euro supplémentaire dans un système du supérieur (pourtant bien peu riche) dans lequel les étudiants ne jouent pas le jeu de l'implication totale.


On observera pour conclure que le manque de respect qu'est ce défaut d'implication profitera, par contraste (l'économie a besoin de cadres !), à la minorité d'étudiants qui s'implique.

Il n'est pas impossible que, pour cela, ces étudiants soient alors désignés comme les privilégiés d'un système inégalitaire ! Or la pays a plus que jamais besoin du sérieux et du talent de sa jeunesse qui doit relever le défi de la révolution économique et sociale numérique.







PS : ce point n'est évidemment qu'un point parmi d'autres qui, tous ensemble, forment la difficulté de concevoir et animer le Supérieur.




Mercredi 22 Mars 2017
Hervé CAUSSE
Lu 227 fois

"Droit bancaire et financier", Le Livre : Compléments et Idées. | Droit et Justice, le coin des "pros" | Méthode, le coin des étudiants | Commercial, consommation et concurrence | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Indemnisation des Préjudices | Droit des sociétés | Droit de la sécurité | Civil et Public | Direct Droit Actualités | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Philosophie du Droit | L'auteur, contact et Informations légales ISSN