Recherche

Repères

En fin de lecture, un clic pour partager l'article

En fin de lecture, un clic pour partager l'article
... sur Linkedin, Twitter...

Inscription à la newsletter




Flux RSS
Professeur d'Université, Hervé CAUSSE a une longue pratique du Barreau, il est spécialiste de droit des affaires, domaine dans lequel il consulte. Direct Droit analyse les procédures, cas de responsabilité, contrats et institutions du monde économique. Justiciables, consommateurs ou professionnels, professionnels du droit et étudiants suivent ainsi quelques problèmes du moment et les pistes de solutions.

II. La blockchain : une monnaie ? (Perspective colloque AFDIT, 2).



Pour la finance mais aussi pour tous, pour les entreprises et les consommateurs... la blockchain est vue ou est voulue comme une monnaie. Du moins pour celles d'entre-elles qui seraient ainsi conçues, d'autres auront des fonctions autres.

On reste encore perplexe de la légèreté du propos.

On trouve bien peu d'analyses sur la monnaie, en sorte que de vieilles âmes croient encore que la monnaie est constituée de la seule monnaie fiduciaire... On se prend à confondre encore la monnaie avec la lettre de change (le grand Léon Dabin a mis fin à ces fantasmes depuis longtemps en étudiant in situ, en Allemagne, la théorie du papier-monnaie pour la remettre à sa juste place - Fondements cambiaires du droit allemand, faculté de droit de Liège, 1959).

La lettre de change de la monnaie ?! L'image de la théorie de l'incorporation du droit dans le titre poursuite ses dégâts d'un siècle à l'autre (pourtant sur ce point, en relançant cette dénonciation, nous avons été très suivi depuis près de 20 ans).

La monnaie scripturale reste connue en surface puisqu'on ignore la comptabilité bancaire (or les comptes bancaires sont de la comptabilité bancaire). Le phénomène de création monétaire tel qu'il résulte du fonctionnement de la BCE avec les banques est méconnu.

Bref, les connaissances sur la monnaie ne sont ni profondes ni stabilisées.

Mais, sans désemparer, on passe à l'invention et aux explications sur de nouvelles monnaies. En méthode, ingénieurs, politiques et financiers ne sont pas instruits, ni précis. Bon. L'ignorance permet sans doute l'audace.

Par-delà cette situation, toutefois, il y a un place pour ces crypto-monnaies parce que les autorités monétaires ne savent pas que faire. Les ingénieurs, eux, sont plus décidés... Il y aura des négociations, des essais, des réflexions (un peu juridiques espérons...)...


Lundi 28 Novembre 2016
Lu 630 fois

Consultations et Conseils Juridiques | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Littérature, écriture et poésie | Champagne !