hervecausse
Recherche

Repères

En fin de lecture, un clic pour partager l'article

En fin de lecture, un clic pour partager l'article
... sur Linkedin, Twitter...

Inscription à la newsletter




Flux RSS
Professeur d'Université, Hervé CAUSSE a une longue pratique du Barreau, il est spécialiste de droit des affaires, domaine dans lequel il consulte. Direct Droit analyse les procédures, cas de responsabilité, contrats et institutions du monde économique. Justiciables, consommateurs ou professionnels, professionnels du droit et étudiants suivent ainsi quelques problèmes du moment et les pistes de solutions.

Le Monde d'après, le Droit d'après : le bavardage, après comme avant ?!



Le Monde d'après, le Droit d'après : le bavardage, après comme avant ?!
L'écriture est contaminée par le bavardage. Ils écrivent sur le Monde d'après. En vérité, ils bavardent sur tout de suite. Ils n'écrivent pas réellement. Il ne disent rien en parlant. Il n'y a aucune pierre solide. Rien de taillé depuis des semaines. En vertu d'un art accumulé en années.

Ils spéculent. La Santé d'après. Le numérique d'après. L'écologie d'après. Le travail avant et après. L'école d'après comparée à l'école d'avant. L'écologie d'après... Personne ne sais ce que "après" sera.

Il se pourrait que le petit monde du Droit soit atteint par ce bavardage. Ce monde est désormais sensible à la mode, hier totalement reniée, aujourd'hui abusivement aimée. Imaginez. La procédure civile avant et après. Le droit bancaire d'après. Le droit de la santé d'après...

La crise bancaire et financière avait ainsi montré des réunions sur ce sujet qui, justement, n'y était pas traité. Bon, cela dit, l'après et l'avant sont plus flexibles. Tout y rentre, là-dedans.

Ainsi, à la suite des colloques d'anniversaires des lois, on verrait, au grand dam des classiques, se multiplier les réunions académiques. Deux ou trois vrais sujets pourraient muter en cent : la crise juridique académique épidémique. Telle est la liberté.

La fuite en avant en est une, de liberté, et tellement douce à l'âme. Ne pas cerner un concept utile en prenant quelque risque. Bavarder à longueur de revues sur la technique changée, rechangée, et ainsi de suite. Comme si les juristes ne savaient pas lire les lois qu'il faillent les leur résumer ou délayer.

Si tel devait être le cas, s'il y avait une épidémie de réunions académiques, j'inclinerais alors à penser qu'après égale avant.

En tout cas, renoncez à "Droit de la Crise, Crise du Droit".

C'est à moi. Je l'ai déposé en marque !



Mardi 14 Avril 2020
Lu 97 fois

Consultations et Conseils Juridiques | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Littérature, écriture et poésie | Champagne !