hervecausse
Recherche

Inscription à la newsletter




Repères

Un blog de professeur d'université. Nota bene.

La liberté d'expression des universitaires est reconnue de valeur constitutionnelle non pas parce qu'elle intéresse les chiens et les chats, mais des femmes et des hommes qui ont à s'exprimer en leur science, en leur discipline, ce qui finit souvent par déboucher par des considérations sociales et politiques et par des positions, lesquels, souvent, mettent en cause diverses autorités.
L'expression des universitaires doit être modérée et objective. En mon âme et conscience, car il n'existe aucune instance nationale de référence, ni aucun protocole, je juge que mon blog est modéré et objectif, au vu des circonstances publiquement connues. Il juge et apprécie des décisions publiques, qui sont des décisions juridiques, que le juriste doit entendre, comprendre et, sinon, qu'il est libre de critiquer. Les médias ne sont pas les seuls à informer le public.
Nous avons pu ainsi accorder au gouvernement que le confinement, sur la base de l'article L. 3131-1 du CSP, dans sa rédaction du 15 mars, était logique. La logique des analyses ici faites ne sont pas partisanes. Il est utile de le mentionner.
Des billets sont critiques. On s'attache à ce qu'ils disposent toujours de réalités juridiques justifiant nos opinions. Une analyse, peut ainsi évoquer l'épistémologie et la philosophie des sciences, laquelle est la reine de l'interdisciplinarité dont les pouvoirs publics disent l'importance dans les enseignements supérieurs. Personne ne saurait s'y soustraire, pas même la science médicale. Quand la plupart des sciences exactes s'y soumettent. La forme littéraire de l'éditorial est parfois utile après mille analyses juridiques techniques publiées, elle est la suite de la construction d'une pensée et d'une méthode. Car les méthodes sont nombreuses, ici ou ailleurs.

Partager ce site

Le fait majoritaire fonctionne à plein afin de congédier l'essentiel du personnel politique : le triomphe de EM.



Le fait majoritaire fonctionne à plein afin de congédier l'essentiel du personnel politique : le triomphe de EM.
Au delà-des règles de la Ve république, mais par ces règles, on s'interrogeait il y a quelques semaines. Le président aurait-il une majorité ? Bénéficierait-il du fait majoritaire qui, depuis la création du régime de la Ve, fait que la droite ou la gauche a une majorité claire après les législatives.

Le scrutin allait-il encore jouer en symbiose avec la couleur politique du président ?

Le questionnement semble aujourd'hui un peu ridicule : le succès du mouvement En Marche (LREM) est écrasant.

LREM anéantit la gauche socialiste (du moins qui se disait socialiste sans bien se situer) et réduit à bien peu la gauche protestataire dont la dernière incarnation est "La France insoumise" (LFI). LREM comprime le Front national qui a finalement montré qu'il n'avait pas changé (on pouvait le croire) et qu'il fonctionnait sur les codes d'hier. LREM, enfin, réduit la droite à un squelette, la renvoyant à son creux doctrinal qui n'épargne pas LR de querelles internes qui, aujourd'hui, confinent à la trahison. La droite et le centre (LR et UDI) ne doivent pas en revenir, mais il faut dire que la campagne silencieuse menée a été surprenante.

Les candidats PS-PRG ou LR qui sont en marche depuis quelques semaines auront été la bactérie s'attaquant à la participation électorale. Ils sont sauvés mais à quel prix ? L'électorat, ébahi, a vu certains à gauche et à droite courir à la recherche de l'étiquette EM ; certains ont quémandé l'absence de candidats EM... pour sauver leur siège affichant ainsi une conviction de la dernière heure.

Cela aura été la goutte de trop pour une classe politique discréditée sur tous les plans : celui de l'idéologie (creuse), celui de l'action (absence d'efficacité), celui de la probité (des carriéristes intéressés) et celui d'un certain dédain par une propension à la "starification" déplacée (surtout d'élus qui ont souvent bien peu prouvé de choses à titre personnel).

On doutait que cela puisse s'exprimer. Ce qui s'est passé hier est le jeu du fait majoritaire, qui a fonctionné mieux que jamais, pour congédier l'essentiel de la classe politique, à droite et à gauche. Ce jeu a fait que les partis se sont écroulés comme un jeu de cartes car leurs faiblesses étaient grandes.

Le second coup de ciseaux du second tour sera-t-il aussi tranchant que le premier ? Peu importe, le fait est déjà là. Cette fois, il y a une révolution !

Cette révolution est surtout électorale, sachant que l'idéologique de la collaboration droite et gauche par l'émergence d'une force centrale ne relève qu'en partie de la doctrine politique. Néanmoins, le résultat est spectaculaire, même pour ceux qui y ont cru depuis fort longtemps et qui ont milité en ce sens (...) puisqu'ils n'étaient pas entendus.

Voilà donc la révolution annoncée.

C'est la révolution EM.

Mais EM est-il un homme ou un mouvement ?

La réponse s'impose : c'est "en même temps" un homme et un mouvement...



Lundi 12 Juin 2017
Lu 818 fois

Consultations et Conseils Juridiques | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Littérature, écriture et poésie | Champagne !