hervecausse
Repères
19/07/2021

"Obligation vaccinale", l'expression fâcheuse qui fâche !

L'expression "obligation vaccinale" est sortie du contexte des hôpitaux à raison d'une résistance inattendue des personnels de santé, ce qui est une question professionnelle et très spéciale - avec des risques particuliers pour les personnels, soignants ou non, et les patients (quels que soient leurs pathologies). Un célèbre professeur de médecine marseillais, à qui on net tord pas le bras pour lui tirer une parole, a ainsi déclaré être pour cette obligation dans ce contexte très spécial.

Sinon, il n'a jamais été question, à proprement parler, de forcer la population. Je n'ai jamais compris cela. L'expression "obligation vaccinale" est donc fâcheuse pour seulement désigner le fait que les personnes non-immunisées (naturellement ou par vaccin), par une nouvelle loi,pourront accéder à certains lieux publics à la différence des autres qui, elles, seront objectivement dans une situation autre. Cette objectivité chasse a priori la discrimination. Ainsi et encore, la question de l'inviolabilité du corps humain est hors de propos pour devoir être respectée, les slogans du style "mon corps m'appartient" caricaturent du reste ledit principe (allez dire au personnes incarcérées que leur corps leur appartient...).

Au Parlement d'apprécier le projet de loi, les parlementaires servent à cela, le président de la République ne vote pas la loi. C'est le gouvernement qui ici la propose, le Parlement dispose : il décide. Le tout sous le contrôle du Conseil constitutionnel et de quelques principes. La République est en place et fonctionne. Les opposants manifestent dans les rues et s'expriment toute la journée sur les réseaux sociaux, les libertés sont en place et servent. Dans les traces et signes d'effondrement que j'ai si souvent notés, ici et là, je vois aussi la force et la résistance de la République.
26/10/2020

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit
Utilisez la barre de recherche pour trouver un texte (saisir des mots différents : la recherche joue sur les intitulés d'articles) et puis les tags, plus sympathiques ? Les rubriques sont aussi utilisables. Vous pouvez aussi saisir dans Google " thème / mot+ Hervé Causse". Dix ans de référencement rendent la recherche souvent assez efficace. Vous pouvez également consulter mon CV, mais la liste n'identifie pas chaque publication (200 commentaires d'arrêts publiés chez divers éditeurs ces dix dernières années), à retrouver en synthèse dans l'édition de Droit bancaire et financier en 2022. Bonne visite.
14/04/2020

En fin de lecture, un clic pour partager l'article

En fin de lecture, un clic pour partager l'article
... sur Linkedin, Twitter...

Recherche


Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales : vers de l'ingénierie juridique ?



Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales : vers de l'ingénierie juridique ?
La loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales est publiée au JO, flanquée de son certificat de constitutionnalité - le Conseil constitutionnel a toutefois retoqué quelques dispositions relatives aux répartition des populations dans quelques départements, le "tableau" des conseillers territoriaux n'est donc pas publié avec la loi (voyez toutefois le document ci-dessous pour le projet, dans l'attente que le Parlement soit à nouveau saisi).

Cette loi évoque directement l'ingénierie juridique à laquelle le spécialiste de droit des affaires est habitué. Ingénierie juridico-financière doit-on dire pour être précis. La technicité reste cependant moindre qu'en droit des affaires : les comptes publics et patrimoniaux sont parfois flous, les conventions aussi légères que leurs conséquences financières lourdes... En tout cas, la multiplication des personnes, des assemblées, des mandats, des compétences... et surtout des possibilités de fusion/regroupements est caractéristique du droit des sociétés - de capitaux mais aussi civiles. Il en découle des questions de stratégies majeures pour l'activité desdites personnes et, donc, des population concernées.

Dans ces circonstances, l'enjeu n'est pas dans le mode d'élection des conseillers territoriaux. Ils remplaceront les conseillers généraux et les conseillers régionaux. Il y à là, sans doute, un enjeu politique. La disparition de quelques centaines de cantons et d'autant de conseillers généraux se remarque et probablement que, dans le public, cela seul se remarque. Pourtant l'essentiel est dans la réforme des techniques de regroupements des communes et établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Les possibilités d'actions sont grandes, mais il y aura les opérations gagnantes et les autres : celles fondées sur des actions et une stratégie gagnante et les autres. La liberté octroyée est autant de diminution d'égalité, au plan national, entre les localités d'un bout de la France à l'autre.

Cette loi est une première loi vers une simplification de l'échelon local où plus personne ne comprend rien. Les communautés de communes, les agglomérations, les communautés urbaines, les conseils généraux... les électeurs ne savent plus de quoi il retourne. Le paradoxe de la loi est qu'elle augmente cette complexité : les "pôles de métropoles" il faut tout de même oser ! La France s'étouffe sous ses structures administratives et politiques. La clause dite de compétence générale disparaîtra en 2015, rationalisant l'action des unes et des autres. La loi achève la carte de l'intercommunalité avec une couverture totale du territoire fixée au mois de juin 2013. La liberté donnée de façon plus large de fusionner des communes et de restructurer les collectivités territoriales parie sur l'initiative, l'énergie et la clairvoyance des élus. N'est-ce pas le maillon faible du dispositif ?! S'agissant d'une loi votée dans des conditions difficiles, qui charriera nombre de préjugés et exigera une grande ingénierie, on pensera que le pari n'est bien que cela. Il sera donc intéressant de voir comment la élus locaux nous gouvernent et quelles structures ils choisissent s'ils ne s'en tiennent pas à l'immobilisme.


Lundi 20 Décembre 2010
Lu 2653 fois

L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Consultations et Conseils Juridiques | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés et des groupements | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | Littérature, écriture et poésie | Champagne !