hervecausse
Repères

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit
Utilisez la barre de recherche pour trouver un texte (saisir des mots différents : la recherche joue sur les intitulés d'articles) et puis les tags, plus sympathiques ? Les rubriques sont aussi utilisables. Vous pouvez aussi saisir dans Google " thème / mot+ Hervé Causse". Dix ans de référencement rendent la recherche souvent assez efficace. Vous pouvez également consulter mon CV, mais la liste n'identifie pas chaque publication (200 commentaires d'arrêts publiés chez divers éditeurs ces dix dernières années), à retrouver en synthèse dans l'édition de Droit bancaire et financier en 2022. Bonne visite.

Droit de l'énergie, éd. Lextenso, Domat. Un livre exceptionnel !

Droit de l'énergie, éd. Lextenso, Domat. Un livre exceptionnel !
S'il faut féliciter l'auteur, Marie Lamoureux, et l'éditeur, il faut aussi se féliciter pour les étudiants.

Qu'ils aient la lucidité de comprendre, pour leur avenir professionnel, que les spécialisations doivent véritablement être... spécialisées (!) et, aussi, qu'elles se renouvellent.


Recherche

Sélection des étudiants en Master. Propos lucides sur une situation délicate. Vers la fin du système universitaire ?



La question dé savoir comment doivent fonctionner les masters, instaurés il y a plus de 10 ans, est d'actualité. L'observateur extérieur pourra être étonné. Il en conclura que les attentions qu'ont dit porter aux jeunes, de la droite à la gauche, du milieu aux extrêmes, n'est pas réelle.

Evidemment, dans un camp, on pourra souligner que la situation est honteuse pour un quinquennat avec, soi-disant, la jeunesse en son cœur.

Dans l'autre camp, on soulignera qu'au lieu des proclamer le dogme de l'autonomie de l'Université, la droite, puisqu'il s'agit d'elle, aurait pu gérer les masters.

Dans le camp des étudiants, on comprendra que l'Université est un point secondaire, à droite comme à gauche. Les élites parisiennes (puisque ce sont elles qui sont en cause), n'ont d'intérêt que pour les grandes écoles qui sont devenues des usines à accroître les inégalités et à conserver le pouvoir.

Le futur va être aussi caricatural.

Un camp va soutenir la sélection, de façon idéologique.

L'autre va soutenir le droit général de poursuivre les études librement et pour tous, de façon idéologique.

En vérité il faut concilier les vues en acceptant une sélection dans les filières spécialisées qui, il est vrai, favoriseront l'emploi de ceux qui y accèderont. Mais les spécialisations supposent des étudiants avec de solides bases et une volonté particulière d'aller de l'avant dans un domaine. En outre, il n'y a pas les personnels pour multiplier les formations spécialisées ; accessoirement, il faut au moins 12 ans pour faire un professeur d'Université. Ainsi, les facultés doivent prévoir des parcours classiques, plus généraux, qui permettent plus facilement d'y entrer - mais pas nécessairement d'en sortir, pour accueillir le maximum d'étudiants.

Dans le grand trouble actuel, c'est le Conseil d'Etat, le conseil du gouvernement, qui opine :

Article de L'Etudiant sur le projet de décret de sélection des étudiants pour les masters

Mais ce décret passera-t-il seulement la date de rentrée universitaire avec le nouveau président ?

L'enjeu est majeur. Si on ne garde pas un niveau d'excellence (formule illusoire pour parler d'un niveau correct...), le service public du supérieur risque un discrédit général en moins de dix ans.

En effet, le système public ne pourra pas longtemps présenter comme excellent des étudiants de M2 qui ont les plus grandes difficultés à lire et écrire dans leur domaine de compétence. Le refus de la sélection en licence, pour montrer que les plans licences (Pécresse je crois ?) marchent, sont la première plaie des masters.

Si le service public continue sur cette voie, le secteur privé en profitera. Cette fois, probablement, les meilleurs universitaires quitteront-ils une université bureaucratique qui désormais ternira leur image.

La pensée se fera ailleurs.

Les penseurs parleront ailleurs.

Les cours se feront ailleurs (horreur ! sans nouvelles méthodes pédagogiques, mais avec les nouvelles connaissances scientifiques).

L'exercice de la pensée ne supporte pas la bureaucratie stérilisante.







://

Mardi 24 Janvier 2017
Lu 518 fois

L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Consultations et Conseils Juridiques | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | Littérature, écriture et poésie | Champagne !