hervecausse
Repères
19/07/2021

"Obligation vaccinale", l'expression fâcheuse qui fâche !

L'expression "obligation vaccinale" est sortie du contexte des hôpitaux à raison d'une résistance inattendue des personnels de santé, ce qui est une question professionnelle et très spéciale - avec des risques particuliers pour les personnels, soignants ou non, et les patients (quels que soient leurs pathologies). Un célèbre professeur de médecine marseillais, à qui on net tord pas le bras pour lui tirer une parole, a ainsi déclaré être pour cette obligation dans ce contexte très spécial.

Sinon, il n'a jamais été question, à proprement parler, de forcer la population. Je n'ai jamais compris cela. L'expression "obligation vaccinale" est donc fâcheuse pour seulement désigner le fait que les personnes non-immunisées (naturellement ou par vaccin), par une nouvelle loi,pourront accéder à certains lieux publics à la différence des autres qui, elles, seront objectivement dans une situation autre. Cette objectivité chasse a priori la discrimination. Ainsi et encore, la question de l'inviolabilité du corps humain est hors de propos pour devoir être respectée, les slogans du style "mon corps m'appartient" caricaturent du reste ledit principe (allez dire au personnes incarcérées que leur corps leur appartient...).

Au Parlement d'apprécier le projet de loi, les parlementaires servent à cela, le président de la République ne vote pas la loi. C'est le gouvernement qui ici la propose, le Parlement dispose : il décide. Le tout sous le contrôle du Conseil constitutionnel et de quelques principes. La République est en place et fonctionne. Les opposants manifestent dans les rues et s'expriment toute la journée sur les réseaux sociaux, les libertés sont en place et servent. Dans les traces et signes d'effondrement que j'ai si souvent notés, ici et là, je vois aussi la force et la résistance de la République.
26/10/2020

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit
Utilisez la barre de recherche pour trouver un texte (saisir des mots différents : la recherche joue sur les intitulés d'articles) et puis les tags, plus sympathiques ? Les rubriques sont aussi utilisables. Vous pouvez aussi saisir dans Google " thème / mot+ Hervé Causse". Dix ans de référencement rendent la recherche souvent assez efficace. Vous pouvez également consulter mon CV, mais la liste n'identifie pas chaque publication (200 commentaires d'arrêts publiés chez divers éditeurs ces dix dernières années), à retrouver en synthèse dans l'édition de Droit bancaire et financier en 2022. Bonne visite.
14/04/2020

En fin de lecture, un clic pour partager l'article

En fin de lecture, un clic pour partager l'article
... sur Linkedin, Twitter...

Recherche


TF1 attaque YouTube en contrefaçon en demandant 100 millions d'euros de dommages et intérêts. La vieille économie contre la nouvelle économie ? Vers une Redéfinition de la Propriété !



Comme ma spécialité propriété intellectuelle est un peu un jardin secret, il n'y a pas ici de rubrique spéciale. On ne peut pas écrire sur tout, surtout... à titre gratuit... Transition facile... Ce blog reflète le "Grand Partage" qui se prépare, des mises en commun inédites, des échanges nouveaux, des besoins neufs qui pourraient - devraient - aboutir, dans quelques décennies, à une redéfinition de la propriété.

Il faut avouer que, sur un plan fondamental, le concept mérite une définition internationale. Le Droit Français n'y contribuera guère, on en est encore à confondre la "propriété politique", le principe d'appartenance, à "la propriété technique", le contenu précis des prérogatives affectées ou marquées d'un régime juridique précis.

Ces deux faces se relient en partie, mais en partie seulement (le nu-propriétaire a quasiment et simplmeent une propriété politique, sans prérogative (la principale est sa vocation à... l'usufruit...). L'absence de cette distinction, cardinale bien que les auteurs ne la mettent pas en avant, aboutit à des discussions sans fin, notamment sur les créances, voire sur les droits réels principaux que nombre de juristes présentent comme étant en nombre limités. On hésite avec cela depuis plus d'un siècle !!! Vive la création ! Mais passons...

La redéfinition passera par une plus grande considération des diverses propriétés intellectuelles et la mise en exergue de leurs originalités qui tendra, loin de la propriété foncière qui emprunte davantage à la féodalité qu'au futur, à devenir le principe : d'une part, leur durée variable et, d'autre part, de leurs différentes composantes dont certaines seulement seront perpétuelles". La planète, pour aller de l'avant, a besoin de ce grand partage de la "propriété inventée" et les propriétaires y seront contraints. Par les faits d'abord, par le droit ensuite.

En somme, au moment où le communisme politique meurt, le communisme technique se prépare à gagner du terrain... C'est presque toujours comme cela, les doctrines politiques sont un brouaha décalé qui ne reflètent pas les actions immédiates à mener. Le rythme de la société diffère des croyances que tel leader politique ou parti peut infliger au peuple... Nous (société française) allons donc défendre la propriété du XIXe siècle jusqu'à être ridicule.

L'évolution se produire pour une raison simple. Le public ne pourra pas être mis en justice ! Voilà pourquoi la propriété devrait prodondément évoluer. Le public c'est le succès de l'oeuvre, c'est sa valeur. Or le public entend tout partager et notamment ce à quoi (films, chansons, peintures) il a donné de la valeur en en achetant des droits... et parfois des supports et paquets très coûteux... Cela ne se conçoit plus, c'est terminé.

Les inventeurs et créateurs perdront beaucoup d'argent (ou plutôt ceratins en gagneront moins qu'espéré et, penseront certains, ils n'en gagneront plus de façon honteuse !). Les créateurs cesseront d'être rentiers ou d'avoir la possibilité de l'être... Pourquoi une thèse de doctrorat (publiée ou pas), qui rend des services à la communauté, ne rapporte rien alors que le moindre tube frivole de l'été accorde une rente à son auteur sa vie durant ? Voyez : il y a déjà des cas de partage, de fait, de propriétés intellectuelles, voire des cas de limitations concrètes de la propriété intellectuelle.

Il faudra deux ou trois décénnies pour entériner l'évolution, si dumoins quelques organisations internationales sont rénovées et renforcées... Chine, Indonésie et Inde obligent...

En attendant, TF1 demande 100 millions d'euros à Youtube pour le préjudice découlant de la contrefaçon de films et images. Assignée en Californie, la société américaine devra comparaître à Paris. A suivre donc le procès annoncé par Les Echos et Le Monde :

http://www.lemonde.fr/technologies

Samedi 19 Avril 2008
Lu 1223 fois

L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Consultations et Conseils Juridiques | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés et des groupements | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | Littérature, écriture et poésie | Champagne !