hervecausse
Recherche

Inscription à la newsletter




Repères

Un blog de professeur d'université. Nota bene.

La liberté d'expression des universitaires est reconnue de valeur constitutionnelle non pas parce qu'elle intéresse les chiens et les chats, mais des femmes et des hommes qui ont à s'exprimer en leur science, en leur discipline, ce qui finit souvent par déboucher par des considérations sociales et politiques et par des positions, lesquels, souvent, mettent en cause diverses autorités.
L'expression des universitaires doit être modérée et objective. En mon âme et conscience, car il n'existe aucune instance nationale de référence, ni aucun protocole, je juge que mon blog est modéré et objectif, au vu des circonstances publiquement connues. Il juge et apprécie des décisions publiques, qui sont des décisions juridiques, que le juriste doit entendre, comprendre et, sinon, qu'il est libre de critiquer. Les médias ne sont pas les seuls à informer le public.
Nous avons pu ainsi accorder au gouvernement que le confinement, sur la base de l'article L. 3131-1 du CSP, dans sa rédaction du 15 mars, était logique. La logique des analyses ici faites ne sont pas partisanes. Il est utile de le mentionner.
Des billets sont critiques. On s'attache à ce qu'ils disposent toujours de réalités juridiques justifiant nos opinions. Une analyse, peut ainsi évoquer l'épistémologie et la philosophie des sciences, laquelle est la reine de l'interdisciplinarité dont les pouvoirs publics disent l'importance dans les enseignements supérieurs. Personne ne saurait s'y soustraire, pas même la science médicale. Quand la plupart des sciences exactes s'y soumettent. La forme littéraire de l'éditorial est parfois utile après mille analyses juridiques techniques publiées, elle est la suite de la construction d'une pensée et d'une méthode. Car les méthodes sont nombreuses, ici ou ailleurs.

Partager ce site

Citoyens, défendez les avocats ! La réforme des retraites des avocats est une atteinte directe aux droits des citoyens de se défendre.



La réforme des retraites des avocats est une atteinte directe aux droits des citoyens de se défendre. Les avocats sont le dernier pilier de la démocratie qui résiste avant que tout s'effondre, avec le Droit (si imparfait). L'Exécutif est essoufflé, le Parlement vote dans le désordre du mou et du contradictoire, le Judiciaire a 25 ans de retard sur à peu près tout et les régulateurs commencent à tomber dans la technocratie qui finit par toucher les libertés fondamentales...

Face à ces pouvoirs qui se comportent, tour à tour, de façon erratique, les citoyens courent divers dangers, des abus multiples, des ignorances insolentes, des obstructions répétées, des refus de dialogue indignes...

Le seul recours du citoyen, l'ultime recours du citoyen, c'est l'avocat.

L'ultime recours, ce sont tous ces "petits avocats" qui ont une grande âme et qui, souvent, prennent un dossier en sachant qu'ils ne seront probablement pas payés. Car les clients reconnaissants sont rares, après avoir été le meilleur avocat, quand l'essentiel du problème est réglé, vous êtes un beau *** qui tente de leur prendre encore 500 euros...

Cette réforme, qui devrait doubler le montant des cotisations pour la retraite, mettra à mal des milliers d'avocats dont le rôle social et économique est essentiel. Des milliers d'avocats risquent de faire faillite (pour parler commodément).

Les déserts médicaux vous connaissez ?

Eh bien le désert judiciaire ce ne sera plus un tribunal éloigné, ce sera : pas d'avocat !

Les avocats accompagnent les enfants, les familles, les femmes fragilisées, les hommes qui dérivent vers la délinquance, le cadre qui a fauté, le routier qui a eu un accident, les pauvres de tous les moments, les perdus, les petits et tous les petits : parmi eux, il y a les petites entreprises, souvent fragiles, jusqu'à la PME locale ; et l'avocat défend aussi les diverses organisations sociales qui se battent pour des intérêts spécialement légitimes (dans le domaine de la consommation, du médical, du transport...).

La culture des énarques, des élus et des ministres qui trop souvent entrent dans les grands cabinets parisiens à 10 000 euros par mois, cette culture ignore cela. Le Barreau, pour divers privilégiés de la République, c'est un moyen de faire marcher la pompe à fric et de valoriser le carnet d'adresses ! Ils ignorent largement le service et totalement le don de soi... et la vraie vie du Barreau qui en fait l'honneur et la grandeur.

Il se pourrait donc (hypothèse pessimiste) que l'élite du Barreau penche de ce côté et ne défende pas le véritable intérêt collectif du Barreau français.

Le ciel à travers les chaînes...
Le ciel à travers les chaînes...

Ainsi, l'ensemble des professeurs de droit, qui ont formé tous les avocats, et l'ensemble des citoyens qui, tous, tous les jours, se posent des questions sur leurs droits, doivent réaliser cela : ils ont besoin de défenseurs nombreux et accessibles, nous devons donc tous défendre les avocats.

Ces derniers ont un caisse de retraite qui a été bien gérée, la réalité est qu'on veut la leur prendre. Point. Cette caisse est selon moi un des éléments de l'indépendance absolue et infinie qui caractérise la profession : y porter atteinte consiste à porter atteinte à la profession. Affaiblir leur statut, c'est fermer la porte à des talents qui auront ailleurs qu'au Barreau. C'est affaiblir la tranquillité d'exercice et la solidarité sociale des avocats. Tout cela porte atteinte à la profession d'avocat.

C'est-à-dire aux défenseurs des citoyens.

Le seul défenseur des droits qui soit, c'est l'avocat.

Tous les citoyens doivent défendre les avocats et ce au-delà de l'image parfois dégradée de la profession d'avocat. Je le dis souvent, la profession a raté des mutations thématiques, d'organisation (faire du cabinet une vraie entreprise) et elle est souvent trop loin de la recherche juridique de l'Université. Je ne ménage pas les avocats à l'occasion. Je le faisais encore il y a peu quand je dis que la profession sait mal défendre l'exclusivité (à divers professionnels habilités, dont ils sont) de l'exercice du droit.

Tout cela est un problème, et il conviendrait de savoir en parler simplement et clairement et faire progresser la profession. Mais où est le Parlement ?

Mais pour le moment, dans les semaines à venir, ce qu'il faut défendre, c'est votre défenseur, ce sont les avocats, dont des milliers sont promis à disparaître. Au fait, parmi les grandes réformes de la technocratie régnante : divorcer coûte 20 % de TVA, pas le restaurant...

Nous devons, nous citoyens, garder la possibilité, quand on est à la rue, de sa maison ou de son entreprise, ou de sa vie, quand on est harcelé et menacés, par des rézos sociaux ou autres, quand vous ne comprenez pas ce dossier majeur à remplir, quand votre assurance ne veut pas vous rembourser, quand on est en rétention dans tel ou tel lieu, quand l'administration vous a écrit dix fois... d'avoir un avocat :

oui, nous devons garder la possibilité d'avoir quelqu'un qui nous aidera.

Un avocat devant qui on pleurera, en lui racontant notre histoire, parce que l'on a l'impression que la vie est finie.

Seul un avocat vous dira que ce n'est pas le cas.

Seul un avocat vous fera voir le ciel à travers les chaînes.


Samedi 14 Septembre 2019
Lu 1909 fois

Consultations et Conseils Juridiques | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Littérature, écriture et poésie | Champagne !