hervecausse
Repères

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit
Utilisez la barre de recherche pour trouver un texte (saisir des mots différents : la recherche joue sur les intitulés d'articles) et puis les tags, plus sympathiques ? Les rubriques sont aussi utilisables. Vous pouvez aussi saisir dans Google " thème / mot+ Hervé Causse". Dix ans de référencement rendent la recherche souvent assez efficace. Vous pouvez également consulter mon CV, mais la liste n'identifie pas chaque publication (200 commentaires d'arrêts publiés chez divers éditeurs ces dix dernières années), à retrouver en synthèse dans l'édition de Droit bancaire et financier en 2022. Bonne visite.

En fin de lecture, un clic pour partager l'article

En fin de lecture, un clic pour partager l'article
... sur Linkedin, Twitter...

Recherche


Le procureur général ne sait pas si la crise sanitaire est un "scandale d'Etat" et pourrait devenir ministre.



Un professeur au temps de la monarchie...
Un professeur au temps de la monarchie...
Le procureur général près la Cour de cassation ne sait pas si la crise sanitaire et un "scandale d'Etat". Il était lundi sur RTL, peut-être parce qu'il a pris l'habitude, depuis la période des attentats, de passer en télé et radio. On retient deux points de l'entretien qui en comprend bien d'autres (voir le twitter de RTL et de Alba Ventura...).

La journaliste de RTL lui a demandé si la crise sanitaire, dont divers esprits disent la mauvaise gestion, était un scandale d'Etat.

Sa réponse a été "je ne peux pas répondre à cette question", mais il n'a pas dit pourquoi.

A une autre question, sur la possibilité de devenir ministre, le procureur général Molins a répondu "no comment". Ce qui n'est pas "no", non !

La réponse est anodine pour le citoyen, au vrai remarquable. Et ledit citoyen le comprendra 12 mois après une nomination au ministère de la Justice qui, finalement, alimentera bien des doutes sur l'indépendance de la Justice !

On imagine la difficulté du président de la République sur le dossier de la Justice, dossier miné et explosif à plusieurs points de vue. Dans une analyse ordinaire, l'actuel procureur général semble une voie possible.

A RTL ou ailleurs, le jour de nomination, on fera une liste des magistrats devenus ministre de la justice, garde des Sceaux. L'énumération vaudra analyse. Ce sera au niveau de l'analyse ordinaire des politiques ordinaires qu'ont subi depuis 30 ans.

Pourtant, une telle nomination fait problème.

Il s'agit de faire passer le représentant du pouvoir judiciaire (bon, l'Autorité...) à l'exécutif !

Le dernier qui est passé du législatif à l'exécutif n'a pas réussi (F. de Rugy). Il faut savoir son camps et y rester longtemps et avec des délais de viduité... Voilà la vérité.

Il y a pourtant une réponse juridique et générale à donner sur la question du scandale d'Etat : "l'idée de scandale d'Etat n'est pas une notion juridique et donc, en tant que magistrat, c'est-à-dire en tant qu'homme de loi (comme on dit), je ne sais pas répondre à une telle question."

Il faudrait certes compléter par l'idée que si "le scandale d'Etat" exige d'apprécier s'il y a eu des infractions pénales, un procureur ne peut pas répondre à cette question pour des raisons juridiques de principe (présomption d'innocence, indépendance des juges qui auront à instruire, et aussi absence d'éléments avant instruction).

Ainsi, le procureur général ne peut pas parler des éventuelles infractions des ministres, parce qu'il incarne l'indépendance de la Justice qu'il administre - certes avec d'autres. En conséquence de quoi, il ne saurait être nommé au gouvernement oui ailleurs par ce gouvernement qui, déjà, doit affronter des procédures judiciaires.

Une telle nomination serait vue comme un scandale d'Etat - peut-être après quelques mois. Ce sont toutes ces petites choses qui ruinent la République. Et, sans moralisme aucun, la France avec. C'est comme cela que les régimes politiques tombent, démocratiques, théocratiques, monarchiques ou autres...



______________________________

Sur la connivence du pouvoir politique (de l'exécutif) on a aussi, ces dernières heures, la pression que le gouvernement socialiste aurait exercé dans l'affaire Fillon grâce à un ou des magistrats proches de ce gouvernement...

Une magistrate dénonce la pression hiérarchique, in Le Monde


Jeudi 18 Juin 2020
Lu 407 fois

L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Consultations et Conseils Juridiques | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | Littérature, écriture et poésie | Champagne !