hervecausse
Recherche


Inscription à la newsletter




Partager ce site

Flux RSS

Maison de retraite responsable

Le sujet est sensible l'été. Un arrêt du Conseil d'Etat du 12 juin illustre à sa fonçon la chose. le pensionnaire d'une maison communale a grièvement blessé son voisin de chambre qui en est mort.



Maison de retraite responsable
La maison de retraite communale a été jugée responsable, mais seulement partiellement.<br /> <br /> Le procès avait commencé à l'initiative des proches du pensionnaire blessé. Ils avaient attaqué en justice le responsable de l'agression et ses enfants. Ce pensionnaire était en effet connu pour des crises de démence. le tribunal civil (TGI) fut donc saisi de ce cas de responsabilité.<br /> <br /> Reconnue responsable de son père agresseur, la fille, qui l'avait placé dans cette maison de retraite ne l'a pas entendu de cette oreille. Elle a à son tour attaqué en justice, devant le tribunal administratif cette fois, ladite maison de retraite.<br /> <br /> La nuit de l'agression, il y avait comme personnel UNE aide-soignate pour 72 pensionnaires. Voyant la démence du pensionnaire, elle l'avait enfermé dans sa chambre... avec celui qui allait devenir sa victime. Sans doute voulut-elle se protéger et protéger les 70 autres pensionnaires.<br /> <br /> La maison de retraite est jugée responsable de l'agression à hauteur de 80 %. La fille reste responsable pour 20 %. <br /> <br /> Tous les lecteurs apprécieront la générosité du Conseil d'Etat à sa contribution à la "responsabilisation" des maisons de retraite. <br /> <br /> Il n'est pas certain que cet arrêt pousse les maisons de retraite (publiques ou privées) à recruter le personnel nécessaire. Il est plus facile de faire faire aux professionnels de santé de passage des centaines d'actes remboursés par la sécurité sociale que de s'organiser en interne. la gouvernement actuel ne peut rien en exiger depuis la canicule de 2003 : au contraire, il a aidé les maisons de retraite. <br /> <br /> Manifestement, les pensionnaires ne paient pas assez chers (rarement en desouus de 1700 euros à 2000 dans le privé) et la sécurité sociale non plus. mainstenant, à vous de juger.

Lundi 4 Septembre 2006
Hervé CAUSSE
Lu fois

Méthode, le coin des étudiants | Droit et Justice, le coin des "pros" | Commercial, consommation et concurrence | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Indemnisation des Préjudices | Droit des sociétés | Droit de la sécurité | Civil et Public | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | L'auteur, contact et Informations légales ISSN