hervecausse
Repères
19/07/2021

"Obligation vaccinale", l'expression fâcheuse qui fâche !

L'expression "obligation vaccinale" est sortie du contexte des hôpitaux à raison d'une résistance inattendue des personnels de santé, ce qui est une question professionnelle et très spéciale - avec des risques particuliers pour les personnels, soignants ou non, et les patients (quels que soient leurs pathologies). Un célèbre professeur de médecine marseillais, à qui on net tord pas le bras pour lui tirer une parole, a ainsi déclaré être pour cette obligation dans ce contexte très spécial.

Sinon, il n'a jamais été question, à proprement parler, de forcer la population. Je n'ai jamais compris cela. L'expression "obligation vaccinale" est donc fâcheuse pour seulement désigner le fait que les personnes non-immunisées (naturellement ou par vaccin), par une nouvelle loi,pourront accéder à certains lieux publics à la différence des autres qui, elles, seront objectivement dans une situation autre. Cette objectivité chasse a priori la discrimination. Ainsi et encore, la question de l'inviolabilité du corps humain est hors de propos pour devoir être respectée, les slogans du style "mon corps m'appartient" caricaturent du reste ledit principe (allez dire au personnes incarcérées que leur corps leur appartient...).

Au Parlement d'apprécier le projet de loi, les parlementaires servent à cela, le président de la République ne vote pas la loi. C'est le gouvernement qui ici la propose, le Parlement dispose : il décide. Le tout sous le contrôle du Conseil constitutionnel et de quelques principes. La République est en place et fonctionne. Les opposants manifestent dans les rues et s'expriment toute la journée sur les réseaux sociaux, les libertés sont en place et servent. Dans les traces et signes d'effondrement que j'ai si souvent notés, ici et là, je vois aussi la force et la résistance de la République.
26/10/2020

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit
Utilisez la barre de recherche pour trouver un texte (saisir des mots différents : la recherche joue sur les intitulés d'articles) et puis les tags, plus sympathiques ? Les rubriques sont aussi utilisables. Vous pouvez aussi saisir dans Google " thème / mot+ Hervé Causse". Dix ans de référencement rendent la recherche souvent assez efficace. Vous pouvez également consulter mon CV, mais la liste n'identifie pas chaque publication (200 commentaires d'arrêts publiés chez divers éditeurs ces dix dernières années), à retrouver en synthèse dans l'édition de Droit bancaire et financier en 2022. Bonne visite.
14/04/2020

En fin de lecture, un clic pour partager l'article

En fin de lecture, un clic pour partager l'article
... sur Linkedin, Twitter...

Recherche


La gage de stocks dans le cadre d'une opération de crédit avec une banque ne peut s'établir selon le droit commun (Ass. plén. 7 déc. 2015)



La gage de stocks dans le cadre d'une opération de crédit avec une banque ne peut s'établir selon le droit commun (Ass. plén. 7 déc. 2015)
"s'agissant d'un gage portant sur des éléments visés à l'article L. 527-3 du code de commerce et conclu dans le cadre d'une opération de crédit, les parties, dont l'une est un établissement de crédit, ne peuvent soumettre leur contrat au droit commun du gage de meubles sans dépossession" ((Ass. plén. 7 déc. 2015, n° 14-18.435).

Avec cet attendu, l'Assemblée plénière de la Cour de cassation refuse que le gage de stocks soit constitué selon le droit commun. Elle fait ainsi application des articles 2333 du code civil et L. 527-1 du code de commerce, tels qu'ils résultent de l'ordonnance n° 2006-346 du 23 mars 2006, ratifiée par la loi n° 2007-212 du 20 février 2007.

Les éléments visés à l'article L. 527-3 du code de commerce constituent les stocks que ledit article définit ("Peuvent être donnés en gage, à l'exclusion des biens soumis à une clause de réserve de propriété, les stocks de matières premières et approvisionnements, les produits intermédiaires, résiduels et finis ainsi que les marchandises appartenant au débiteur et estimés en nature et en valeur à la date du dernier inventaire.").

La puissance des établissements de crédit, qui sont des créanciers particuliers, a à la fois conduit à créer ce gage mais sans pacte commissoire, lequel lui permettrait de se faire attribuer le stock. La cour explique que face à deux mécanismes de gage, dont ce dernier qui interdit ce pacte, justement pour les établissements de crédit, il convient de respecter l'intention du législateur, sachant que le jeu de la sauvegarde de justice. Ce n'est donc pas (seulement) un raisonnement formel, du type la règle spéciale déroge à la règle générale, qui décide de cette affaire, mais la situation réelle de la vie des affaires en présence d'entreprises qui doivent pouvoir s'endetter mais également survivre.

On se permet de renvoyer au site de la Haute Juridiction qui a publié une note explicative :

Note explicative de la Cour de cassation, voyez notamment la fin de la page 3 et la page 4

On vous invite encore à lire l'analyse publiée par LEXBASE, dans La Lettre Juridique et dans l'Hebdo Affaires :

Commentaire critique par notre collègue G. PIETTE de la décision



En illustration, l'ouvrages de nos amis et maîtres Michel CABRILLAC et Christian MOULY, qui vient d'être publié grâce à une mise à jour des professeurs Philippe PETEL et Séverine CABRILLAC.

Jeudi 7 Janvier 2016
Lu 1337 fois

L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Consultations et Conseils Juridiques | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés et des groupements | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | Littérature, écriture et poésie | Champagne !