hervecausse
Repères
19/07/2021

"Obligation vaccinale", l'expression fâcheuse qui fâche !

L'expression "obligation vaccinale" est sortie du contexte des hôpitaux à raison d'une résistance inattendue des personnels de santé, ce qui est une question professionnelle et très spéciale - avec des risques particuliers pour les personnels, soignants ou non, et les patients (quels que soient leurs pathologies). Un célèbre professeur de médecine marseillais, à qui on net tord pas le bras pour lui tirer une parole, a ainsi déclaré être pour cette obligation dans ce contexte très spécial.

Sinon, il n'a jamais été question, à proprement parler, de forcer la population. Je n'ai jamais compris cela. L'expression "obligation vaccinale" est donc fâcheuse pour seulement désigner le fait que les personnes non-immunisées (naturellement ou par vaccin), par une nouvelle loi,pourront accéder à certains lieux publics à la différence des autres qui, elles, seront objectivement dans une situation autre. Cette objectivité chasse a priori la discrimination. Ainsi et encore, la question de l'inviolabilité du corps humain est hors de propos pour devoir être respectée, les slogans du style "mon corps m'appartient" caricaturent du reste ledit principe (allez dire au personnes incarcérées que leur corps leur appartient...).

Au Parlement d'apprécier le projet de loi, les parlementaires servent à cela, le président de la République ne vote pas la loi. C'est le gouvernement qui ici la propose, le Parlement dispose : il décide. Le tout sous le contrôle du Conseil constitutionnel et de quelques principes. La République est en place et fonctionne. Les opposants manifestent dans les rues et s'expriment toute la journée sur les réseaux sociaux, les libertés sont en place et servent. Dans les traces et signes d'effondrement que j'ai si souvent notés, ici et là, je vois aussi la force et la résistance de la République.
26/10/2020

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit

Environ 1500 notes juridiques à trouver sur Direct Droit
Utilisez la barre de recherche pour trouver un texte (saisir des mots différents : la recherche joue sur les intitulés d'articles) et puis les tags, plus sympathiques ? Les rubriques sont aussi utilisables. Vous pouvez aussi saisir dans Google " thème / mot+ Hervé Causse". Dix ans de référencement rendent la recherche souvent assez efficace. Vous pouvez également consulter mon CV, mais la liste n'identifie pas chaque publication (200 commentaires d'arrêts publiés chez divers éditeurs ces dix dernières années), à retrouver en synthèse dans l'édition de Droit bancaire et financier en 2022. Bonne visite.
14/04/2020

En fin de lecture, un clic pour partager l'article

En fin de lecture, un clic pour partager l'article
... sur Linkedin, Twitter...

Recherche


Les trottoirs de nos quartiers



Les trottoirs de nos quartiers

Le virus en passant
Nous a tous fait passant
Des rues de nos quartiers.
Nous prenons les trottoirs
Plus qu'à l'accoutumé.

En voilà un, de quartier
Aux toits bien pentus
Aux volets si colorés
Aux maisons bien agencées
Mais sans science parfaite

Les trottoirs sont variés
Larges et neufs
Vieux et étroits
Cabossés ou richement pavés
La route les confond parfois
Tant la limite est légère

L'église vainement jaune
Délicatement jaune au plein soleil
Trône sur une place refaite
D'espaces et trottoirs riches
Aux pavés bien carrés
Lourds d'une belle pierre

De sa petite hauteur à trois toits
L'église distribue nettement des rues
Qui serpentent mollement
Entrainant bien les trottoirs
Dans de fermes et délicates courbes

La marche est entravée
Car parfois sur le trottoir
Une bagnole à la con
Ou une bagnole de con
Y a posé ses fesses sales
Ignorant le droit fondamental
A la libre vie des trottoirs

Les trottoirs courent le long des jardins
Suivent parfois un mur haut et long
Pour offrir plus loin une lumière totale
Qui pas à pas sur le trottoir
Se gagne par la succession
De petites verdures
De jardins modestes et bricolés
Plaisant tant aux merles du coin

Les trottoirs ici sont ainsi
Variés et courbés
Mais sérieux à leur office
Qui servent les promenades
Des pas et des poussettes
Des cannes et patins incertains
Des passants passant par là

Quand tous les gens d'ici seront morts
Les trottoirs resteront
Les merles, toujours indéfinis,
Du haut, les verront toujours mieux
Que nous ne le fîmes alors
Ou que ne le feront les nouveaux habitants

Les trottoirs changeront mais resteront
Le long de la voie et des jardins
A border la moindre rue
A accompagner les pas des vies
Qui traînent un peu par là et puis s'enfuient

Regardez les volets bariolés
De rouge, vert, bleu et jaune
Ou d'un cocasse mauve
Et les toits longs et pentus
Qui penchent pour des décennies
Sur les trottoirs de nos vies.

Dimanche 2 Mai 2021
Lu 105 fois

L'auteur, contact et Informations légales ISSN | Professionnels du Droit et Justice | Droit bancaire-monétaire | Droit des investisseurs | Civil et Public | Consultations et Conseils Juridiques | Méthode, le coin des étudiants | Droit des sociétés et des groupements | Commercial, consommation et concurrence | Indemnisation des Préjudices | Droit de la sécurité | Entretiens, Echos et Reporting dans les médias | Philosophie du Droit, Juridique et Politique | Littérature, écriture et poésie | Champagne !