hervecausse
Recherche

Repères

En fin de lecture, un clic pour partager l'article

En fin de lecture, un clic pour partager l'article
... sur Linkedin, Twitter...

Inscription à la newsletter




Flux RSS
Professeur d'Université, Hervé CAUSSE a une longue pratique du Barreau, il est spécialiste de droit des affaires, domaine dans lequel il consulte. Direct Droit analyse les procédures, cas de responsabilité, contrats et institutions du monde économique. Justiciables, consommateurs ou professionnels, professionnels du droit et étudiants suivent ainsi quelques problèmes du moment et les pistes de solutions.
Littérature, écriture et poésie
L'amour dure trois ans Je l'ai lu, il me souvient J'ai compris Les garçons n'aiment pas l'amour Ils l'aiment comme une bière Une soirée chaude Une balade d'un jour Pas plus Ils ne savent donc pas Que l'amour dure trois ans Pas plus Je l'ai lu Et puis tu me l'as dit L'amour dure trois ans Dans ton regard champagne Tout de suite...
Te voilà militaire Et si loin de ta terre Tu n'entends plus ta femme Tu ne vois plus tes filles Tu charges les blessés Si loin du sud Si loin du Languedoc De Montarnaud Si loin. Te voilà brancardier Te voilà à la guerre Te voilà embarqué Te voilà épargné De la ligne de front De la ligne de mort Le front gronde plus loin Parfois...
Tant de livres Un beau traité sur le théâtre russe Une introduction à la poésie japonaise Un opuscule sur les poètes perses Un livret pour le surréalisme français Un tome consacré aux auteurs célèbres Empoussiéré et si bien doté De propres et nettes pages sur… Le cinéma bulgare, Le théâtre de rue italien… Les mémoires d’un...
Les trottoirs de ta vie Les pas marquent nos vies du sol de nos trottoirs A te revoir les faire, enfant, adolescente Mon cœur bat fort au tien, les deux sont en miroir Où je te vois gravir, sûre, la vie en pente. Les trottoirs de ta vie, tes pas y resteront Souvenirs de la ville, baisers de coin de rue A ton esprit secret ici...
Des notes ! Des ondes ont fait croiser au loin Quelques paroles qui rendent fou Et enfermées en nous avec soin Pour oublier de leur tordre le cou Un matin bleu j’entendis ta voix Lointaine et tantôt si connue Qui à nouveau frappait en moi Au son de tes mots accourus Ils avaient l’élan cru de la force D’antan quand à voix...
 
1 2 3 4 5 » ... 6